Pour sortir de la pauvreté, le chemin de l’école

Au Guatemala, 520 000 enfants de moins de 14 ans et 870 000 jeunes de 15 à 19 ans sont obligés de travailler aux champs, à la maison ou ailleurs pour aider leurs familles, sur une population totale de 15 millions d’habitants. 

En 2015 l’Association accorde 180 bourses au total, en très grande majorité à des filles, depuis la garderie jusqu’à la formation professionnelle, à la capitale et dans des villages Mayas isolés situés dans le Quiché (taux de pauvreté 77 %) et dans l’Alta Verapaz (90 %). D’autres bourses sont données à de jeunes enfants à très haut risque vivant à la capitale : enfants à la rue, victimes de viols et de maltraitance aggravée, enfants nés de mères prostituées, droguées, vendeuses sur les trottoirs, dans les bus.

ecole_maya_groupe

ecole_maya_bougies

Prise en charge et scolarisation en 2015 de 26 adolescentes dans notre foyer de la capitale

Issues de communautés indiennes Mayas déplacées à la suite de 36 ans de conflit armé interne, les adolescentes sont choisies selon un double critère : extrême pauvreté de leurs familles, capacité et désir de poursuivre leur scolarité au-delà du primaire.

foyer_devoirs_03

foyer_lecture_couture

Accueillies et encadrées dans notre foyer, elles bénéficient :

  • d’une scolarité de très bonne qualité au collège complété par un soutien scolaire au foyer
  • d’une alimentation enrichie pour remédier à la dénutrition chronique
  • de soins médicaux et dentaires,
  • d’un appui psychologique
  • d’activités culturelles et de loisirs

En 2015, 15% des boursières suivent un enseignement technique et professionnel.

college

foyer_devoirs_02